Quelle est la différence entre un "free-lance", un "solo", un "travailleur indépendant", une "micro-entreprise", une "TPE" et un "auto-entrepreneur" ?

Les termes free-lance, solo ou indépendant sont utilisés couramment pour désigner un professionnel exerçant seul, en toute indépendance, un métier jusqu'ici traditionnellement exercé en tant que salarié : consultant, informaticien, formateur, graphiste, traducteur...

Il s'adresse à une clientèle d'entreprises, définit avec elle sa mission et la réalise lui-même ensuite, sous sa propre responsabilité. Il choisit souvent le statut d'entreprise individuelle, mais peut aussi créer une société unipersonnelle, une EURL par exemple.

Il peut également recourir à une société de portage.

Le terme travailleur indépendant est utilisé par les caisses sociales des T.N.S (travailleurs non salariés) pour désigner un entrepreneur individuel travaillant seul, sans salarié.

La micro-entreprise, désigne quant à elle :

  • sur le plan économique, une entreprise de petite taille,

  • et sur le plan fiscal, un dispositif "ultra simplifié" de détermination des bénéfices imposables, dont l'objectif est de réduire au minimum les obligations comptables et fiscales des entrepreneurs individuels, afin qu'ils puissent se consacrer plus largement à leur production et à leur clientèle.


La TPE (très petite entreprise) correspond à une classification des entreprises en fonction de leur taille, en l'espèce moins de 20 salariés (selon la Recommandation du 6 mai 2003 de l'Union Européenne).

Enfin l'auto-entrepreneur est une personne qui démarre une petite activité indépendante en bénéficiant non seulement du régime fiscal de la micro-entreprise, mais aussi d'un régime social "ultra simplifié" ("micro-social"). L'auto-entrepreneur est également dispensé de demander son immatriculation au registre du commerce et des sociétés ou au répertoire des métiers.

Toutefois, depuis le 1er avril 2010, les personnes souhaitant exercer une activité artisanale à titre principal sous ce régime, doivent obligatoirement s'immatriculer au Répertoire des métiers mais cette formalité est gratuite dans ce cas. Comme vous pouvez le constater, l'auto-entrepreneur est donc : un entrepreneur individuel, un travailleur indépendant, une micro-entreprise, et une TPE !

Source : http://www.apce.com/